Sélectionner une page

Sport extrême et maternité, découvrez le portrait de Mélissa

par | Nov 2, 2023 | Nutrition | 0 commentaires

jonathan coach sportif et végétarien cysoing nutriforme

Sport extrême et maternité, le portrait de Mélissa

 

Dans cette immersion au cœur de l’audace, Mélissa, 31 ans, bouscule les codes en poursuivant sa passion des sports extrêmes pendant sa grossesse. Dans cette interview, elle partage les défis auxquels elle a été confrontée et nous prodigue ses conseils pour inspirer toutes les femmes à embrasser pleinement leur voie sportive, même en attendant un heureux événement.

 

Mener sa grossesse comme une championne

 

Comment a débuté ton histoire d’amour avec le sport ?

 

Je baignais déjà dans un univers sportif avec un frère passionné de sport. Dès mes 5 ans, mon amour pour le rugby a pris le dessus, ce qui m’a ouvert les portes de différentes équipes. Plus tard, je me suis naturellement tournée vers des études de sport et j’ai évolué dans le rugby jusqu’aux portes de l’équipe de France des jeunes.

 

Après une expérience rugbystique en Angleterre où j’ai eu la chance de jouer en Elite 2, le covid m’a ramené en France avec l’envie de diversifier mes pratiques sportives. J’ai continué la pratique pour le plaisir et je me suis tournée vers le crossfit, la rando, le vélo et d’autres aventures sportives.

 

Comment le sport a-t-il influencé ta vie et comment l’as-tu intégré dans ta routine quotidienne, surtout avant ta grossesse ?

 

Le sport a toujours été mon moteur, le truc qui me donne envie de me lever tous les jours. Le matin, je me lève à 5h30 et je m’entraîne avant d’aller travailler. Pour certains ça pourrait être une torture, pour moi c’est un besoin vital. C’est juste une autre organisation, mais quand on en fait sa priorité, c’est plus facile.

 

Avant ma grossesse, ma routine était assez intense : randos, triathlons, rugby, crossfit, vélo… J’adore les défis. J’ai aussi une passion pour les trekkings longs, comme le GR20 que j’ai parcouru il y a quelques années avec mon meilleur ami. En 2021, j’ai tenté le ski de fond et j’ai participé à la Transjurassienne. Les micro-aventures, c’est mon shot d’adrénaline !

 

Cette passion a aussi façonné ma carrière chez Décathlon, où la culture du sport est fondamentale. Ça fait 10 ans que je m’investis dans mon poste de Responsable Approvisionnement Vente, et j’adore ce que je fais.

 

Dribbler avec les défis de la maternité

 

Comment as-tu adapté ta pratique sportive lorsque tu as appris que tu étais enceinte ?

 

La grossesse a été une étape inattendue, forcément avec son lot d’appréhensions : Comment maintenir une activité sportive ? Quels sont les risques pour le bébé ? D’autant plus que je venais de subir une opération. J’ai ajusté mon entraînement en suivant les conseils de mon médecin et de mon gynécologue et j’ai laissé de côté les sports à fort impact en les remplaçant par des alternatives plus douces (comme le vélo et la randonnée). Les médecins m’ont rassurée et j’ai adapté mon entraînement à mon rythme de grossesse.

 

As-tu rencontré des défis particuliers dans la pratique des sports extrêmes pendant ta grossesse, et comment les as-tu surmontés ?

 

Oh que oui, être enceinte est une période pleine de défis. Les premiers mois ont été marqués par une fatigue persistante, mais j’ai suivi les signaux de mon corps. Au deuxième trimestre, j’ai dû faire une croix sur l’haltérophilie, les tractions et les exercices suspendus, par précaution pour le bien-être du bébé. Affronter les regards et les inquiétudes des autres a été un autre challenge, mais la connaissance de mon corps et de ses ressentis, le soutien infaillible de mon mari et les conseils des médecins m’ont aidée à persévérer. 

 

Mon plus grand défi ? Trouver des vêtements de sport pour les femmes enceintes, en dehors de la gamme yoga 😉

 

Comment ta famille, notamment tes parents et ton mari, t’ont-ils soutenue dans cette aventure sportive tout en étant enceinte ?

 

Ma famille a toujours été derrière moi, surtout mes parents et mon mari qui sont de véritables piliers. Mon mari, passionné de rugby, a été un soutien constant, toujours là pour m’encourager dans mes défis sportifs. Lors du GR120 en juin, reliant Boulogne à Calais à pied, le bonheur de voir mes parents m’encourager à l’arrivée a été une source de motivation incroyable. Leur présence et leur soutien sont inestimables.

 

Les femmes enceintes qui pratiquent des sports extrêmes sont parfois sujettes à des appréhensions. Comment as-tu géré ces regards et ces inquiétudes ?

 

C’est loin d’être simple de faire face aux avis inquiets, voire désapprobateurs, quand t’es une femme enceinte qui décide de continuer à se défouler dans des sports extrêmes. Ma stratégie ? Écouter mon corps et suivre à la lettre les recommandations du médecin. À chaque étape de ma grossesse, je me demande si ce que je fais est bon pour moi et pour mon bébé. C’est un peu comme une éternelle remise en question, mais c’est indispensable.

 

J’ai parfois l’impression de devoir me justifier : « Tout va bien, je vous promets ! ». Les gens ont souvent peur des sujets qu’ils ne maîtrisent pas. Heureusement, le fait de travailler dans le milieu du sport m’a simplifié la vie. Ma famille, mes amis, et mes collègues m’aident à garder le cap tout au long de cette aventure. C’est rassurant de sentir qu’ils sont là, derrière moi.

 

De l’extrême à la maternité : défier les préjugés

 

Penses-tu que les stéréotypes sur les femmes et les sports extrêmes sont erronés ? Comment contribuer à changer cette perception ?

 

Trop souvent, ces idées préconçues sont totalement déconnectées de la réalité. Moi, j’ai grandi dans l’univers du sport, j’ai adopté une routine régulière, et mon coach veille sur moi de près. C’est super rassurant.

 

Pour être honnête, j’ai parfois peur de m’exprimer maladroitement, de froisser d’autres femmes, de les mettre mal à l’aise. Et il y a toujours cette petite angoisse en moi, une crainte que quelque chose tourne mal pendant ma grossesse, que quelqu’un me dise : « Je te l’avais bien dit. » Ce serait un coup dur à encaisser.

 

Sur les réseaux je partage beaucoup de posts sur le sport de manière générale mais pas forcément sur le fait que je sois enceinte ET sportive. J’espère que cette interview changera la donne. Je veux que toutes les femmes sachent que concilier grossesse et vie sportive c’est possible et d’une richesse infinie.

 

Sport et maternité, un duo explosif et inspirant

 

Quels sont tes projets sportifs futurs, maintenant que tu es enceinte ?

 

Mon objectif principal : continuer à m’adapter et à maintenir une pratique sportive qui respecte ma grossesse. Je compte poursuivre mes aventures sportives avec prudence et en accord avec les conseils médicaux. La maternité ne doit pas être un frein, mais une source d’inspiration pour repousser mes limites.

 

Un dernier mot pour nos lectrices ?

 

Je veux dire à toutes les femmes que chaque grossesse est unique, tout comme chaque parcours sportif. Écoutez votre corps, suivez vos envies et faites-vous confiance. Assumez vos choix, c’est la clé, et pensez toujours à votre bien-être avant tout. Les jugements, c’est juste du bruit de fond. Ensemble, on peut dépasser les préjugés et montrer que la maternité et le sport sont une combinaison possible, enrichissante et exaltante. Osez repousser vos limites, inspirez le monde autour de vous et surtout, soyez votre propre source d’inspiration !

 

 

Merci à Mélissa pour ce partage inspirant et courageux, nous lui souhaitons le meilleur pour sa grossesse et ses futures aventures sportives. Si vous aussi, vous êtes une super maman ou future maman à la recherche de conseils en nutrition et bien-être pour harmoniser sport et maternité, je peux vous guider dans cette belle aventure.